Aller au contenu principal

IMPROMPTUS EN SUEUR…

22 juillet 2013

I

Un coin de champ vibrant,

Herbes hautes et desséchées ;

Des haies aussi… aisées ;

Rien d’autre et seul.

II

Angle mort empierré et de lierre et de mousse

D’une masure ancienne ombrée ;

Maison lustrée et reluisante de passé ;

Toit malade et le suint de tout défunt en douce

Sur des murs incrustés tant et plus d’inconnus.

III

Quel est le sens des fleurs ?

IV

Bruissements fins de l’air trop chaud,

En cricris si discrets mais tenaces ;

Un souffle de vent, à peine ou si peu ;

Flou qui s’est fait abeille.

V

La vache à l’ombre… elle est vannée,

Mais sait garder son débonnaire.

Et le promeut.

VI

Le soir approche et la bonne heure est proche

Où le brun reluira de ses éclats solaires.

VII

La fleur est frêle ; et puis, comme elle a soif !

Aucun étai la tient, l’été… la tienne.

From → divers

Commentaires fermés