Aller au contenu principal

ROBERT PIOCHE, UN PROPHÈTE ?

10 janvier 2013

Un mien ami, Robert Pioche, connu du « grand public » (et très mal connu de nombre de gens aux idées préconçues et à la bêtise innée, à qui il faut des sorcières pour bien dormir et se sentir « exister »), donc un mien ami, Olivier Mathieu, dans la soirée du 6 février 1990, à la télévision française, se fit cogner dessus en « direct-live » (comme disent les crétins) devant quelques millions de téléspectateurs (par un sioniste de la pire espèce parfaitement identifié – on connait son nom – qui ne fut jamais inquiété par « la Justice ») dans Ciel-Mon-Mardi – émission la plus vue depuis, de toute la série sur You Tube nous dit-on, mais malheureusement généralement dans la version écourtée et censurée, comme aux plus belles heures du stalinisme ou de la « simple » censure française.

Devant un aéropage de distingués spécialistes de la seconde guerre mondiale auto-élus, réunissant l’ensemble des patentés de l’extrême-droite franchouillarde et de l’extrême-droite juive (plus connue sous le nom de sionistes), cet ami avait osé demander une simple (une minuscule, une anodine) minute de silence en souvenir des (je cite de mémoire)« quatorze millions d’Allemands civils déportés, en 1945 et 1946 dont deux millions de morts  »…

Le beau tollé !!!

om01

Cette demande allait devenir dès le lendemain chez les crétins, c’est-à-dire l’énorme majorité de mes concitoyens : une minute de silence à la mémoire des nazis morts pendant la Seconde Guerre Mondiale, et ceci avec salut nazi à l’appui. C’est ainsi que fut rapporté devant moi, par un quidam français moyen, et de cette manière, ce passage de l’émission – émission que je n’ai vue que bien plus tard – en extraits, et il n’y a pas bien longtemps en version intégrale (à l’époque déjà j’étais totalement fâché avec la télévision, outil moderne de la propagande bourgeoise). Cette abrutie (c’était une quidam) jugeant bon d’ajouter, plus par bêtise et conformisme courants qu’autre chose : « des gens comme ce barbu à cheveux longs (circonstances aggravantes, je suppose), on devrait les enfermer dans des camps… et pourtant je suis démocrate ». Elle n’osa pas en dire plus…

Depuis ce jour, je vous passe ce qu’il advint du barbu chevelu qui aujourd’hui encore peut difficilement vivre sa vie paisiblement, cerné – et ceci de toute éternité – par les crétins ; et devant se faire discret : il subit encore 22 ans après, et par des gens qui étaient peut-être à peine nés à l’époque, des menaces régulières. Je tiens à le préciser pour que cela soit dit une nouvelle fois publiquement.

Je passe sur les insultes ce soir-là, à l’encontre d’Olivier Mathieu venant des bancs des deux partis en présence (je veux dire aussi bien des « petits fachos franchouillards » que des « petits fachos juivards » qui faisaient tous chorus). C’est en réfléchissant à cet « incident » qui se serait très mal terminé dans tout autre endroit qu’un studio de la télévision, que j’ai acquis l’intime conviction – comme on dit chez les juges quand ils condescendent à faire leur travail et n’obéissent pas aux ordres étatiques ou à leurs idéologies politiques de fermer un dossier sur un non-lieu – que cette « soirée-débat » voulue par le fouille-merde Dechavanne (légèrement débordé ce soir-là) venait de sceller la grande réconciliation nationale et coloniale entre les deux grands milieux bien pourris, pour ne pas dire totalement putrides, du colonialisme et néo-colonialisme fRançais, sur un vieux fond de légionnaires de l’Indo, de pieds-noirs judéo-chrétiens et autres « crémieux » d’« Algérie française », de sionistes de « Palestine juive ».

Cette grande retrouvaille entre les éléments parmi les plus puants de la société des hommes, individus qui finissent par se persuader (et persuader les franchouillards obtus) qu’ils sont les élus petits-blancs du monde, tout à fait dans la lignée de l’infect Breivik suédois, a fini d’ailleurs par s’accomplir tout à fait officiellement par l’arrivée en force d’éléments sionistes au sein du Front National depuis qu’il est présidé par la bourgeoise grotesque, par la milliardaire hystérique bien connue, ennemie des pauvres maghrébins et musulmans, qui seraient selon elle cause c’est bien connu de tous les malheurs du monde. De la faillite de la Grèce, du chômage, du retard des trains, des grèves et de la déforestation de l’Amazone.

Et bien figurez-vous que récemment, ces mois derniers, un universitaire nord-américain nous dit, documents à l’appui, dans un livre (maintenant traduit en français) et nous répète sur des media de masse, que ce qui est arrivé en 1945 aux allemands est un scandale encore d’actualité, et à dénoncer. Oui du temps ou les « démocrates » faisaient ami- ami avec les staliniens. Et il aurait pu évoquer non seulement l’après-guerre mais le blocus de l’Allemagne, la guerre totale, les bombardements incendiaires de masse sur Dresde par exemple !

Il évoque le sort scandaleux, inhumain, réservé à treize millions d’allemands en 1945 et années suivantes.

C’EST EXACTEMENT CE QU’OLIVIER MATHIEU avait dit en 1990.

Pour qui comprend l’anglais :

http://www.youtube.com/watch?v=V6UjtlHCXhA

Un article du même en anglais :

http://news.colgate.edu/2012/06/book-by-prof-ray-douglas-looks-at-post-wwii-expulsions.html

Où il est dit : “An estimated 500,000 people died in the course of the organized expulsions ; survivors were left in Allied-occupied Germany to fend for themselves.”

Soit : « Une population estimée à 500.000 personnes mourut pendant que furent « organisés » les expulsions [les déplacements forcés depuis divers pays d’Europe de l’est et centrale] ; les survivants se retrouvèrent en Allemagne occupée par les Alliés [donc à l’Est et l’Ouest] où ils durent se débrouiller par eux-mêmes ».

Mais que sont treize millions de boches, 500.000 schleuhs morts, ramassis de génocidaires diront les franchouillards lobotomisés, diront bien évidemment la plupart des sionistes, l’essentiel de ceux qui baignent, dégorgent dans la marinade du cloaque, et les ignorants qui ânonnent ce qu’on leur a péniblement fourré de force dans le crâne en leurs jeunes années. Le Bien, le Mal, le bien intégral et le mal intégral. Enfin la connerie habituelle véhiculée depuis la nuit des temps par tous les vainqueurs du monde. Du pauvre monde.

om020202

Édition originale : Ordely an Humane The Expulsion of the Germans After the Second World War – R[ay] M. Douglas.

Ma conclusion sera : faut-il donc être nord-américain, universitaire, historien pour avoir le droit de dire en 2012, la vérité ? De rappeler un fait d’histoire ?

Comme il est dit en anglais « the european atrocity you never heard about », « l’atrocité européenne dont vous n’avez jamais entendu parler ».

om03

Une photo de cet exodus « à pieds » d’allemands.

Olivier Mathieu – « en prophète » – était-il un escroc, un faussaire lorsqu’il évoquait ces faits d’histoire bien enfouis dans la mauvaise (ou trop bonne) conscience de la caste dirigeante des « Vainqueurs » ?

Il en est de ce fait comme il en sera d’autres, un jour ou l’autre.

*

Voilà, avant de mettre un point final à cet article, me revient à l’esprit à l’instant qu’on avait changé d’année, cela ne fait donc pas 22 mais presque 23 ans que cette soirée télévisée est passée. Enfin passée pour les autres, mais pas vraiment pour Olivier Mathieu qui a maintenant 52 ans. Je ne crois pas révéler un secret, un interdit, un tabou en disant que depuis plus de vingt ans sa vie quotidienne est celle d’un SDF, un temps ici, un temps là-bas, pas de toit à soi. La grande dèche permanente, le manque de nourriture plus d’une fois, la Sécu de temps à autre, des soins à l’hôpital à minima, ou pas ; tout ceci devrait satisfaire les tarés, les intolérants, les « petits fachos » de l’émission de 1990, le grand démocrate Dechavanne qui arrache les micros aux « mauvais parleurs », et les milliers et milliers d’abrutis qui hurlent avec les loups, sans rien savoir, sans rien connaître, comme des veaux ignorants, ou plutôt comme des hordes couardes et abjectes de justiciers potentiels et de lyncheurs minables du niveau des « tondeurs » de 1945.

Ces jours-ci, Olivier Mathieu passe l’hiver comme tous les autres hivers, autrement dit dans le froid, dans la gêne, dans la géhenne. Sa famille ? Il n’a pratiquement pas de famille. Et elle est si lointaine. Ces amis ? Toute personne qui a au moins un peu souffert, ou s’est retrouvé dans la débine, sait pertinemment que dans la misère et le malheur non seulement on n’a plus rien à soi, hormis le poids de sa solitude et de ses souffrances, mais que l’on perd la plupart de ses « amis ». Je veux dire les individus qui se révèlent être de faux amis, les connaissances des bons ou moins mauvais jours échus, bien passés, trépassés.

Pour établir une comparaison, il est un peu dans son mode de vie, de survie plutôt, comme le fut un Germain Nouveau autrefois.

Posez-lui donc ces questions :

­- Tes amis ?… La beauté ?… Eh ! Qu’aimes-tu donc extraordinaire étranger ?

Il vous répondra j’en suis assuré :

– J’aime les nuages… les nuages qui passent!…

Pour l’heure, ses rares, très rares vrais amis ne sont pas non plus les plus riches, ils font ce qu’ils peuvent. C’est-à-dire en notable insuffisance ; j’écrirais bien « notoire insuffisance » si les faits étaient, selon l’expression, connus du public.

Lui, Olivier à chaque fois qu’il le peut, donne ses livres, ses seuls biens ; les livres qu’il écrit et met en pages, je veux dire ; il a derrière lui vingt, trente titres, il ne sait plus trop lui-même. Roman, poésie, histoire littéraire… Mais ses livres alors, ne lui rapportent rien ? questionne le naïf, ou le retors. Connaissez-vous le monde des media de masse ? De la dite information ? De la vraie propagande ? Des exclusions, des interdits de fait et des censures formelles ou informelles ? Des riquiquis cérébraux dominants, des conformistes ambiants et des faux rebelles, pitoyables fonctionnaires de l’estampillée « révolte » ?

Est-il bien utile d’en dire encore beaucoup plus ; faut-il tendre la sébile sous votre nez ?

From → divers

Commentaires fermés